Unique intervention au conseil municipal du 05 décembre 2013

M. le Maire et « chers, es, collègues » de la majorité municipale,

Peut-être avez-vous constaté que nous sommes restés «  bouche close » lors de chaque délibération présentée à notre assemblée ?  Peut-être avez-vous constaté que nous nous sommes systématiquement abstenus lors de chacune de vos demandes d’approbation des textes exposés ? Si c’est le cas, vous l’avez donc constaté, lorsque nous n’intervenons pas, d’une part,  personne d’autre ne le fait ou bien rarement, et d’autre part,  manquent de toute évidence  dans notre instance de confrontation démocratique : le dialogue, la concertation, l’éclairage sur les décisions à prendre et sur leurs conséquences pour notre commune et nos concitoyens. Voici donc à quoi ressemblerait un conseil municipal sans opposition : un lieu aphone  ponctué par le simple énoncé de délibérations non discutées, une chambre d’enregistrement expéditive, une instance purement formelle qui, finalement, n’aurait plus de raison d’être.

Mais il n’en n’est rien à Saint-Genis-Laval. En effet  vous avez la chance, nous disons bien la chance, d’avoir une opposition de gauche qui travaille avec votre majorité. Or nous le regrettons, c’est loin d’être le cas dans la plupart  des communes, ou dans la pratique de  votre opposition de droite, souvent absente ou  muette. Cependant notre opposition de gauche travaille, vous ne l’avez pas encore compris,  non pas pour vous, mais avec vous. Par conséquent vous n’êtes  pas en droit dans un tract de lancement de votre campagne pour les élections municipales de 2014,   de vous approprier  ce qui vous sert politiquement, sans avoir l’honnêteté intellectuelle de rappeler parallèlement le travail positif fourni par notre groupe de gauche et tous les projets  co-construits à notre mesure  avec votre majorité.

Si nous avons voté le dernier budget de votre mandat, malgré l’incompréhension de certains de nos sympathisants, c’est parce que les objectifs proposés servaient sur le fond  l’intérêt des Saint-Genois. Par cette décision, cependant, nous n’avons  pas signé un chèque en blanc à l’ensemble de votre politique et à vos priorités en matière de services ou d’investissements. Sur la forme, nous nous sommes toujours exprimés sur les insuffisances d’objectifs ou de financements concernant des thèmes ou questions pour nous prioritaires. Que cela soit dit une fois pour toutes,  si nous avons rejoint votre majorité, le temps d’un vote de budget, c’est parce que globalement nous avions travaillé avec vous et participé, à notre modeste niveau, aux différents dossiers dans le but de les orienter au mieux dans l’intérêt du plus grand nombre des Saint-Genois et plus encore de ceux qui nécessitent un soutien particulier dans cette situation de crise persistante.

Il est assez paradoxal qu’en dehors des conseils municipaux, vous vous interrogiez toujours sur le pourquoi de notre non ralliement à votre majorité. Vous nous le confiez fréquemment,  nos idées sont très proches des vôtres et  rien ne semblerait justifier un tel positionnement. Mais dans votre attitude et dans les faits, nous ne constatons pas de votre part cette volonté de rassemblement. Nous déplorons ainsi votre désespérant aveuglement politique lors des conseils municipaux. Ainsi, lors de nos interventions, lorsque nos propos vous sont favorables, vous trouvez toujours, par nous ne savons quelle pirouette mentale, le moyen de faire croire que nous vous critiquons ! Et combien de fois avez-vous conclu les débats par votre leitmotiv méprisant : vous seriez M. le Maire «  les faiseux », et nous de simples « diseux » ? Quand ce n’est pas,  parfois, pour nous prêter des effets de tribune !…Vous souvenez-vous avoir déjà reconnu une seule fois, publiquement, la qualité de notre travail à vos côtés ? Toujours sur la défensive, vous n’avez jamais de propos apaisés à l’encontre des élus de l’opposition.

Nous ne percevons pas non plus votre volonté d’ouverture lorsque vous niez volontairement notre existence dans le bulletin municipal. Nous n’y apparaissons jamais, ni d’aucune façon, à la suite de vos colistiers en tant que « conseillers municipaux à l’écoute de l’ensemble des Saint-Genois ».  Faut-il vous le rappeler au passage  le bulletin municipal est celui de tous les Saint-Genois, et non pas celui de vos seuls électeurs. Nous avons été élus démocratiquement, tout comme vous, par plusieurs centaines d’électeurs. Or en vous autorisant à gommer notre existence vous confisquez  leur droit à être reconnus à travers leurs représentants légitimes. Ce sont pratiques et calculs politiciens, démocratiquement inadmissibles. Quelle leçon de bonne gouvernance, quelle leçon de bien vivre ensemble !

En conclusion, faut-il, pour déjouer votre instrumentalisation politique, nous cantonner dans une opposition systématique de principe, voter contre votre budget par posture politique, ne pas participer aux commissions pour vous empêcher de récupérer, parfois, la paternité de nos propositions, ou nous faudrait-il  encore dénigrer systématiquement les avancées de votre politique en faveur de la jeunesse, de la culture ou de la solidarité ?

Si demain, nous sommes amenés à devoir travailler à nouveau avec vous et  d’autres sensibilités politiques, nous le ferons toujours de manière constructive et non politicienne. Notre honnêteté politique, et nos valeurs de femmes et d’hommes de gauche nous  obligent  à toujours davantage nous investir et travailler pour le bien commun de notre ville et de sa population.

CM de Mars 2013

Ce contenu a été publié dans Démocratie participative. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.