REPONDRE A L’URGENCE SOCIALE ET AU DEFI CLIMATIQUE

Le 5ème rapport du groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat vient le confirmer « l’activité humaine est la cause principale du dérèglement climatique ». Il s’aggrave et ses conséquences  touchent d’abord les populations les plus pauvres de la planète. A moyen terme les conditions de vie de tous risquent d’être compromises. Malgré l’inertie des grands pays et l’absence d’un accord international ambitieux, contraignant et juste, des solutions existent, dès maintenant, pour les limiter. Porteuses d’un monde plus humain et solidaire, créatrices d’emplois locaux,  elles sont à notre portée. Face à l’urgence du défi mobilisons-nous en dénonçant d’abord le sentiment d’impuissance. Démontrons l’absolue nécessité de la transition énergétique, remettons en cause les concepts  de croissance et de concurrence de tous contre tous, et combattons les inégalités de tous ordres et à tous niveaux : local, national, international. Sans plus attendre développons les coopérations et mettons en route ces transitions sociales, énergétiques, écologiques, indispensables.

 

Des milliers d’alternatives efficaces,  portées par des associations, des collectivités, sont aujourd’hui mises en pratique: sobriété et efficience énergétique, agriculture paysanne et circuits courts, défense des biens communs et des services publics, finance éthique, priorité aux déplacements doux et collectifs, préservation du foncier agricole contre l’étalement urbain, réduction des déchets et recyclage…

 

Dans cette perspective, notre  groupe a toujours agi pour infléchir  les orientations et pratiques de la majorité municipale. Parfois nous y sommes parvenus (gymnase Equinoxe, Agenda 21, restauration scolaire…), parfois non. Ainsi, concernant la future Maison de Quartier des Collonges, nous avons proposé de l’équiper d’une chaudière bois et d’étudier, dans le cadre du service public, l’installation de panneaux photovoltaïques. Oublieux de l’Agenda 21 voté en mai dernier, M. le Maire a refusé ces options, génératrices d’économies à moyen terme, pour des raisons spécieuses : conditions d’accès aléatoires, « rentabilité » financière insuffisante. Or, valorisant le quartier et ses habitants, cet équipement pourrait être exemplaire sur le plan environnemental.

 

Agissons pour les générations futures et redonnons espoir à celles d’aujourd’hui : des solutions alternatives existent pour surmonter les défis de notre société, elles guident nos pratiques d’élus de gauche, toujours au service de l’intérêt général.

 

Ce contenu a été publié dans Environnement. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.