Rentrée scolaire 2014 : de nouveaux rythmes

La municipalité a engagé une concertation constructive entre tous les acteurs concernés par la réforme des rythmes scolaires. Cependant nous le regrettons, une fois encore n’a pas été convoquée une commission générale rassemblant tous les élus, pour essayer de choisir ensemble les horaires des écoles publiques. Ainsi la majorité municipale a-t-elle choisi unilatéralement l’organisation suivante:
– sur 4 jours : école de 8h30 à 12h, pause méridienne de 12h à 14h, école de 14h à 15h45, puis 45 minutes d’activités périscolaires jusqu’à 16h30.
– le mercredi : école de 8h30 à 11h30.

Le conseil municipal du 9 janvier a majoritairement validé ces horaires. La droite a voté contre, notre groupe, lui, s’est abstenu pour les raisons suivantes :
* La durée des activités périscolaires est bien trop courte : elle sera inférieure à 30 minutes, une fois déduites les phases d’arrivée et de départ des enfants.
* La pause méridienne pourrait être raccourcie pour porter à une heure au moins la durée du périscolaire, mais le problème récurrent de la surfréquentation de la cantine des écoles Mouton – Bergier en interdit l’hypothèse. Depuis trop d’années, malgré certaines adaptations, le temps des repas est trop court, trop bruyant, trop stressant. Voici une priorité qui mériterait que l’on s’y intéresse enfin sérieusement pour le bien être des enfants comme des adultes !
* Pour les enfants de maternelle, les horaires d’activités adoptés respectent peu leur rythme chronobiologique: la tranche de 14h à 14h45 serait plus pertinente.

Enfin nous avons formulé des exigences à notre sens fondamentales pour renforcer l’égalité des chances et favoriser l’épanouissement de chaque enfant:
* gratuité des activités périscolaires pour tous.
* incitation des familles les plus éloignées des pratiques culturelles ou artistiques à inscrire leurs enfants à ces activités.
* cohérence des activités proposées avec les projets d’établissement et le projet éducatif territorial.
* maintien du comité de pilotage et mise en place d’un comité de suivi dans chaque école pour proposer les adaptations nécessaires après une période expérimentale.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.