Maison de quartier des Collonges, avant projet définitif

Tout d’abord, pour éviter tout faux débat ou mauvaise interprétation, je tiens à rappeler que nous sommes tout à fait favorables à la construction de cet équipement majeur dans le cadre de la rénovation du quartier des Collonges. Lors du conseil du 28 mars dernier notre abstention concernant l’attribution du marché  de maîtrise d’œuvre au cabinet d’architecture Studio Pyc, a été la conséquence de votre refus de présenter à l’ensemble des conseillers, au cours d’une commission générale, les deux projets retenus par le jury de concours, avant que le CM décide en dernier ressort du choix du lauréat.

 

Ceci étant précisé nous voulons évoquer les principales options que vous avez retenues ou écartées dans cet APD. Tout d’abord nous approuvons le choix de récupération des eaux de pluie pour un montant de 30 000 €. Cette décision est en conformité avec l’action n° 5 de l’Agenda 21 concernant la préservation de la ressource en eau. Nous regrettons simplement que cette eau tombée du ciel et donc gratuite, ne puisse pas être utilisée pour les toilettes. Des raisons sanitaires sont avancées alors que celles-ci ne s’étaient pas posées au gymnase Equinoxe.

 

Concernant le mode de chauffage c’est une chaudière à gaz qui a été retenue. Nous avions demandé un retour d’expérience sur la chaudière à bois équipant le gymnase EQUINOXE. Il est bien dommage de ne pas disposer de cette évaluation. En effet alors que le gaz participe à l’effet de serre, que ses tarifs vont poursuivre une progression importante,  le bois possède un bilan carbone neutre, et sa production est locale. Le motif consistant à mettre en avant la difficulté d’accès par les camions alimentant en granulés bois l’équipement ne nous paraît pas des plus convainquant.

 

Les arguments que vous avancez pour justifier votre renoncement à l’installation de panneaux photovoltaïques nous semblent spécieux. Tout d’abord concernant le bilan carbone je vous rappelle que dans notre environnement proche il existe encore des productions françaises de panneaux photovoltaïques : Photowatt à Bourgoin, Bosch à Vénissieux. Même si ces entreprises demeurent fragiles par rapport à la concurrence sauvage qu’elles subissent, nous ne sommes donc pas condamnés à utiliser des produits exclusivement chinois. Il est fondamental d’apporter notre pierre au développement d’une filière nationale, dans le cadre de l’impérieuse nécessité de la transition énergétique. Vous évoquez la non maîtrise du recyclage de ces produits : ceci est faux. Il suffit de consulter les documents de l’ADEME ou d’EDF ENR (énergie renouvelable) qui indique qu’en fin de vie tous les éléments constitutifs d’un panneau peuvent être recyclés. Même si, à ce jour, cette filière de recyclage est fragilisée sur le plan économique  par les incohérences ou les atermoiements des politiques européennes et nationales, les industriels savent recyclés l’ensemble des constituants des panneaux comme ils le font déjà pour les millions d’écrans plats de toute sorte (télévision, tablettes, ordinateurs, téléphone) dont la composition leur est assez proche.

Quant aux batteries elles  sont nécessaires uniquement dans l’hypothèse d’une autoconsommation. Et il y a bien longtemps que l’on maîtrise leur recyclage quelque soit leur constituant. Sinon expliquez nous pourquoi, ce dont nous vous félicitons, vous avez fait l’achat pour la ville d’une voiture électrique, après deux vélos il y a quelques années !!

 

Enfin concernant l’aspect financier nous pourrions faire un copier coller de notre intervention sur la réhabilitation du gymnase Mouton, pour laquelle vous aviez déjà renoncé à installer des panneaux photovoltaïque. Nous vous avons alors expliqué la possibilité de négocier avec EDF ou ERDF la mise à disposition d’une toiture ou d’un espace pour installer des panneaux, la commune participant partiellement à l’investissement d’origine, puis l’exploitation, l’entretien, le recyclage étant à la charge de l’exploitant. Avez-vous exploré cette possibilité ? Bien entendu nous ne sommes plus alors dans le cadre de la financiarisation de l’énergie, mais dans la  contribution au renforcement du service public. Mais comme beaucoup d’élus vous semblez considérer le développement de l’énergie renouvelable d’abord comme un coût puis ensuite comme possibilité de rentes financières et non comme une nécessité impérative et urgente pour relever les défis énergétiques et environnementaux.

 

Je vous rappelle l’intitulé de l’action n°2 de l’Agenda 21 de notre commune adopté à l’unanimité du CM, il y a 4 mois, le 28 mai 2013 : sensibilisation aux économies d’énergie et au développement du solaire. Action établie à partir de deux constats : l’obligation de réduire les gaz à effet de serre et l’augmentation sensible et régulière du coût de l’énergie.. La production d’électricité à partir de l’énergie solaire n’émet ni particule, ni gaz à effet de serre.  Après l’étape ratée du gymnase Mouton la MQC aurait pu être le premier bâtiment public de la ville doté de panneaux photovoltaïques, cela aurait pu être un symbole fort et exemplaire pour beaucoup de nos concitoyens. L’image de notre commune en serait sortie renforcée. Mais malheureusement vous êtes, comme beaucoup de maires, tièdes et velléitaires dans ce domaine, et nous le regrettons fortement. L’enjeu environnemental est fondamental pour notre devenir commun, le prochain rapport du GIEC va une nouvelle fois le confirmer. Le PLU-H dont on va débattre dans une prochaine délibération met en évidence l’urgence climatique, et l’engagement du Grand Lyon, via le PCET (plan climat énergie territorial) à réduire, d’ici 2020, de 20 % les émissions de gaz à effet de serre et la consommation d’énergie et de porter à 20 % la part des énergies renouvelables.

 

Alors M. le maire, apportons notre petite contribution à la réalisation de ces objectifs, comme cela a déjà commencé avec l’Équinoxe ou la réhabilitation de certains équipements communaux. Agir pour les générations à venir et redonner espoir à celle d’aujourd’hui en montrant que des solutions alternatives existent pour surmonter les défis de notre société, à tendance  mortifère dans certain domaine, est de notre responsabilité d’élus. Notre vote dépendra de votre engagement  pour avancer ensemble dans cette voie. Merci de votre écoute.

Ce contenu a été publié dans Jeunesse. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.