Gymnase Mouton, réhabilitation

M. le Maire, cette délibération sur la réhabilitation du gymnase Mouton représente un cas d’école concernant  votre mode de gestion et votre conception de la démocratie qui montre parfois le décalage entre  vos  dires  et vos faires. Comme dans beaucoup de vos  délibérations vous faites référence à la dynamique de  l’Agenda 21. Permettez-moi de vous faire 2 remarques.

La première concerne la démocratie participative qui est  l’axe fondamental d’un Agenda 21. Force est de constater que vous avez souvent (puisque nous avons été associés quelques fois à certains projets comme la DSP pour la Maison de Quartier des Collonges et Médiathèque) une conception particulière de celle-ci. La démocratie participative devrait d’abord commencer par l’association des  élus à vos projets, et c’est une évidence pour nous, celle aussi des élus de l’opposition.

Concernant ce dossier nous n’avons pas compris pourquoi nous ne l’avons pas été, comme cela a été le cas pour d’autres, d’intérêt tout aussi général. Nous avons alors toujours montré notre sens des responsabilités et formulé des propositions constructives, la réalisation du gymnase l’Equinoxe en est un parfait exemple. Sur ce projet de rénovation du gymnase Mouton nous pensons que notre mise à l’écart relève de votre seule volonté, M. le Maire. En effet l’adjoint qui porte ce dossier a toujours recherché dans le passé à nous associer à ses projets.

La deuxième remarque porte sur l’exigence de cohérence qui devrait être une règle pour l’adoption de délibérations, ayant entre elles des liens ou des conséquences communes, d’un conseil municipal à un autre.

Je m’explique. Le 2 février 2012,  le conseil municipal a adopté à l’unanimité le SRACE (Schéma Régional Climat Air Energie), et au cours  du dernier, le 19 septembre, nous avons eu un débat sur le PPA (Plan de Protection de l’Atmosphère de l’Agglomération Lyonnaise). Celui-ci a recueilli un avis majoritairement favorable des élus. Ces deux plans portent sur des recommandations et des objectifs pour l’amélioration de la qualité de l’air et de la réduction des gaz à effet de serres. Lors de ces débats nous avons montré les contradictions entre des objectifs très louables, que nous partageons tous, et les volontés politiques insuffisantes  concernant les moyens réels pour leur mise en œuvre. Votre délibération sur le projet de réhabilitation du gymnase Mouton en est l’exemple type.

Vous faites le choix de ne pas équiper la toiture du gymnase de panneaux photovoltaïques sur le seul critère d’une rentabilité financière insuffisante d’après l’analyse du Sigerly et les nouvelles règles d’ERDF. Comme beaucoup d’élus vous semblez considérer l’énergie renouvelable d’abord comme une rente financière et source de nouvelles recettes pour la commune. C’est principalement pour cette raison que la filière photovoltaïque française a presque disparu du marché mondial. Il y a une quinzaine d’années nos entreprises étaient dans le top 10. On constate une pratique similaire en Europe qui produit les mêmes résultats. Le numéro 1 allemand, était encore, en 2011, dans le top 10 mondial. Il a déposé son bilan en juin 2012 avec un plan social concernant  2000 salariés. En contrepartie la filière chinoise se développe bénéficiant toujours de la recherche permanente du moindre coût, du retour sur investissement le plus rapide, au détriment des conditions de vie, de travail, et de  salaires des travailleurs chinois.

Le SRCAE que vous avez adopté prévoit une augmentation de la production d’électricité par les énergies renouvelable. La production d’origine photovoltaïque n’émet ni particule, ni gaz à effet de serre.  Le gymnase  Mouton aurait pu être le premier bâtiment public de la ville doté de panneaux photovoltaïques. Dans le cadre de l’Agenda 21, cela aurait pu être un symbole fort et exemplaire pour beaucoup de nos concitoyens. L’image de notre commune en serait sortie renforcée. Mais malheureusement vous  êtes, comme beaucoup de maires, velléitaires dans ce domaine.

Et pourtant sur ce sujet il y avait possibilité d’avoir une étude hors du tarif de rachat et de la financiarisation du photovoltaïque. Evidemment le SYGERLY comme beaucoup de syndicat  d’électrification de communes examine essentiellement la politique financière du rachat de l’énergie par EDF qui, je le rappelle, est financé par la CSPE payée par les usagers domestiques. Si un groupe de travail municipal avait été créé nous aurions peut être réalisé une étude avec EDF ou ERDF  mettant à leur disposition la toiture du gymnase pour la production électrique photovoltaïque. Ce sont des projets  et des négociations qui existent. La commune participe pour une petite partie au financement de l’investissement de départ puis l’exploitation, l’entretien et le recyclage des PV est à la charge de l’exploitant. Bien évidemment on n’est plus dans la financiarisation de l’énergie mais on contribue au renforcement du service public. Nous comprenons mal que cela ne soit pas votre choix politique.

Nous regrettons de n’avoir pas pu porter nos propositions dans une commission de travail.

CM Nov. 2012

Ce contenu a été publié dans Enfance/Jeunesse, Environnement. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.