En 2020, se « rejoueront » les élections municipales.

En 2020, se « rejoueront » les élections municipales. C’est loin et en même temps suffisamment proche pour commencer à réfléchir aux problématiques de tels enjeux pour l’ensemble des sensibilités politiques qui souhaiteront passer, avec les Saint-Genoises et Saint-Genois, leur contrat de mariage.

Quelles seront les forces en présence ? Retrouverons-nous sur la ligne de départ la gauche ? Si oui, quelle gauche, ou plutôt quelles gauches ? Les partis traditionnels de la Gauche plurielle unis, ou désunis ? Les Insoumis présenteront-ils une liste ? Seuls ou avec d’autres composantes de la gauche qui devront eux se soumettre ?

Le Front National, qui ne fait plus « front » portera-t-il les couleurs de Marine ou de Marion ?

Le maire sortant se représentera-t-il pour un quatrième mandat ? Notre maire, qui se redécouvre bizarrement apolitique en ces périodes électorales, s’alliera-t-il avec les Républicains ? Mais lesquels ? Ceux de M. Wauquiez ou ceux de Mme Pécresse, parce que, les uns et les autres, ne sont pas du tout les mêmes ?! Et les « Marcheurs » dans tout cela ? Proposeront-ils une liste à part entière ou se fondera-t-elle avec celle de M. le Maire, qui aime également bien faire son « marché », associé à la suppléante de notre député ? Mais parmi tous ces futurs nouveaux randonneurs, quels sont ceux qui auront un pas plus pressant pour aller chercher les postes de premier, second… adjoints ? Enfin, y aura-t-il de la place pour un vrai parti sans étiquette au sein de cette belle mêlée à laquelle nous prendrons part ?

 

Nous savons de source sûre que les cartes de l’actuelle majorité saint-genoise seront redistribuées, à force de vouloir faire le grand écart entre les sensibilités différentes au sein de ses troupes, le maire actuel en arrive à des aberrations. Hormis sa garde rapprochée qui lui reste fidèle, bon nombre d’élus de son groupe ont jeté l’éponge depuis longtemps, restant accrochés au rocher pour nous ne savons quelles raisons plutôt que de larguer les amarres et dénoncer l’autoritarisme à tout crin de celui qui leur avait fait croire qu’ils resteraient libres. Gauche, droite, le chant de la sirène sait flatter l’ego de chacun. A  chaque élection la même ritournelle en trompe-l’esprit prend au piège les mêmes bonnes volontés qui souhaitent s’investir pour leur ville, mais qui ne servent que de faire-valoir à une politique soit disant d’ouverture et  adepte du pluripartisme. Très vite le masque tombe et les frustrations s’expriment en dehors des canaux officiels. Pourquoi dès lors changer de procédé puisqu’il a fait ses preuves !

L’actuelle opposition de droite qui souhaite mettre un pied dans la place en se ralliant demain à la majorité d’aujourd’hui espère bien cueillir a terme les fruits de son allégeance. Mais attention, sur l’échiquier politique il n’est pas toujours bon que le fou se prenne pour le roi, il peut s’en mordre les doigts et se trouver emmuré dans une tour sans qu’aucun chevalier blanc ne vienne à son secours !

Pour 2020, que penser de l’opportunité d’avoir sur Saint-Genis une liste réellement sans étiquette,  qui se voudrait indépendante de tout courant politique, composée d’hommes et de femmes qui proposeraient et instaureraient collectivement des actions citoyennes pour l’ensemble des Saint-Genoises et Saint-Genois… ?

Mais nous en reparlerons en septembre prochain si vous le voulez bien. En attendant, nous souhaitons à chacune et chacun de passer un bon été.

Ce contenu a été publié dans Démocratie participative, Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.