Contrat éducatif local

Rappelons que les ateliers du  contrat éducatif local doivent aider les enfants à l’apprentissage, à la construction de leur personnalité. Les cycles de découvertes doivent  être accessibles à tous et couvrir un champ d’activité très large impliquant les structures associatives locales.  Depuis longtemps nous avons mis l’accent sur la nécessité de renforcer les liens entre le milieu scolaire, les enseignants au premier chef,  les associations et les intervenants bénévoles en accompagnement scolaire. Ce travail partenarial semble avancer de façon cohérente à l’échelle de la commune et se développe aussi au niveau de l’ensemble des actions programmées. Nous le savons tous, les conditions de la réussite de chaque enfant se jouent dès les premières années de scolarité, dès la maternelle même, et notre collectivité a une part de responsabilité pour atteindre cette finalité.

 

Les perspectives 2013/2014: harmoniser le nombre d’atelier dans l’ensemble des groupes scolaires et optimiser la présence aux ateliers vont dans le bon sens pour que chaque enfant puisse accéder à une activité. Cette programmation 2013/2014, reprend globalement les actions de la précédente. Le maintien des actions concernant l’expression et la création musicale est important pour initier et sensibiliser les enfants à de nouvelles formes artistiques auxquelles ils ne pourraient pas avoir accès pour des raisons financières, sociales ou culturelles. Reste toujours à réfléchir sur les possibilités et moyens à développer pour donner suite à cette première approche tout au long de leur parcours scolaire, la musique étant, par excellence, un langage universel de rapprochement et d’échange entre les individus et les peuples.

 

Enfin sur le plan financement si on note une progression du budget global les montants en valeur absolue restent modestes et la participation communale minime:

–         budget  global : 45 446 € en progression de 4 166 € soit + 10,1 %  dont 3 100 € lié au transfert du financement de l’action 1,2,3 soleil du CUCS au nouveau CLPPEL. Les actions du seul CEL progressant donc de 1 066 € soit +2,6 %

–         la part  de la  commune représentant 40,9 % du budget global: 18 580 € en progression de   16,6 %  soit 2 650 € dont 1 900 € pour l’intégration de l’action 1,2,3 soleil. Soit en réalité un effort budgétaire de 750 € soit +4,7 %.

–         La part de la CAFAL représentant 43,3 % du budget global: 19 696 € en progression de 1536 € soit  + 8,5 %.

–         La part de l’état représentant 15,84 %  du budget global : 7 170 € en baisse de  20 € soit – 0,3 %.

–         Si sur un plan strictement local on peut être satisfait de la progression du financement de la CAFAL et du maintien de celui de l’état on doit tout de même s’interroger sur le fait que l’état a réduit de 20 % sa contribution financière au niveau du département ? Ainsi donc ce qui est donné aux unes vient en déduction de ce qui est attribué aux autres communes, peut être plus nécessiteuses que la nôtre ?

Ce contenu a été publié dans Enfance/Jeunesse. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.